Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Session
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?


Un peu d'ordre dans ma chambre

Dites bonjour en passant
Bormelia :

Réagir :
Nom
Adresse web

Maîtres et Amis

Le monde magique de Bormelia, Karon, Naraja, la Terre,...
Patience
Il y a des jours et des moments où il faut faire preuve de patience. Il arrive de se réveiller le matin en se disant que cette journée est pourrie d'avance, que rien ni personne n'y changera rien. C'est dans ce genre de journée qu'il faut savoir lâcher prise.

Aujourd'hui a très mal commencé, de la pluie, un ciel gris à faire pâlir le néant de jalousie, mon lecteur mp3 déconnait, ce qui équivalait à une journée sans musique, et ça n'était vraiment pas le moment. Et pourtant... A peine dans le tram, concentrée sur l'extérieur, je regardai la pluie tomber, laver la route de toutes les impuretés qui s'y étaient incrustées. Une voiture passait et en remettait ? Peu importe, la pluie continuait son travail lent mais bénéfique. Dans les rues, elle coulait le long des murs, lentes, tristes, comme des larmes, et éclaboussait les gens, sans raison.

La pluie peut être bénéfique pourtant, même si tout est brouillé, si on ne voit pas l'autre côté du lac. Elle aide les plantes à pousser, elle soulage la pression trop haute, elle apporte un peu de fraîcheur dans un monde trop sec.

Le lac était agité, par une multitude de petits vents contraires qui se disputaient les uns les autres pour avoir leur terrain de jeu propre. Il n'en résultait rien de bon, vu que tout était agité. Et pourtant, le lac était brassé, l'eau avait une couleur absolument magnifique, entre le bleu et le vert, et comem on ne voyait pas l'autre côté, c'était une mer qui se terminait en brouillard qui me faisait face. Et de l'autre côté du brouillard ? Je ne sais pas, peut-être une île merveilleuse où de grands êtres basanés aux costumes multicolores et aux oreilles pointues parlent une sorte d'espagnol riche et chantant qui fleure bon le soleil et la joie...

Il n'y avait pas de soleil ce matin, tout était gris, morne, silencieux, mais j'ai croisé un ami joyeux. Quelques mots, quelques instants, mais tant de pensées non dites échangées avec lui m'ont remonté le moral et, en le quittant, j'ai vu se dessiner dans le ciel, l'emplacement du soleil. Le même que nous avions partagé pendant quelques secondes.

En rentrant à midi, j'ai couru sous la pluie, libérée, je me laissais emporter par le temps et porter par le vent et tout semblait alors si facile. A peine étais-je rentrée que le soleil s'est montré, plus clément. Il suffisait peut-être de me calmer et de trouver le vide pour le voir après tout.

On a trop tendance à chercher desespérément le soleil, la lumière, la paix. Alors qu'il suffit parfois de se laisser porter par les choses, de ne pas nager à contre courant, pour tout voir s'arranger. Le soleil brille dehors maintenant, il joue un peu à cache-cache, qui l'aurait cru en voyant le temps de ce matin, si gris, si froid ? Les coins de ciel bleu se succèdent, les nuages tracent des arabesques délicates dans lesquelles je me laisse bercer en chantonnant.

Je n'avais pas de musique aujourd'hui ? Qu'à cela ne tienne, j'ai chanté, tout et rien, ce qui me passait par la tête, de Rose à Pascal Obispo en passant par Cats. Cela changeait. Et au fur et à mesure que je chantais, les chansons se faisaient plus joyeuses et le soleil plus intense. Je pensais aux gens que j'aime, mes amis, ma famille.

J'ai racheté un nouveau cahier de vision, le dernier étant trop plein pour accueillir les deux dernières, j'ai dû les noter sur une feuille en attendant. Petit détour avant les cours, pour chanter, changer, découvrir autre chose. J'ai même croisé l'Ignorant, et je m'en foutais, peut-être que la malédiction s'est rompue, mais si oui, je ne sais pas trop comment, ni pourquoi, je ne peux que m'en réjouir, sans comprendre.

On peut se réjouir de la venue du soleil, après quelques jours de pluie, mais quand le ciel est trop gris, quand la vie semble insupportable, il faut se raccrocher à l'idée que le soleil est toujours derrière les nuages. Il y a toujours une porte de sortie, où qu'on soit, quoi qu'on fasse. Il suffit parfois de lâcher prise, et de prendre patience.


Ecrit par Roxanne De Bormelia, le Lundi 26 Mai 2008, 17:59 dans la rubrique "Radio-CD".


Commentaires :

  nati29
nati29
26-05-08
à 22:31

Vi.... Patience
Mais moi j'aime trop le soleil et j'aimerais bien qu'il vienne se loger dans mon coeur plutôt que ce qu'il reste derrière les nuages...
Je te le souhaite aussi d'ailleurs...

Mais sa venue est toujours pour moi synonyme de bonne humeur! ^^

Ziboux ma belle

Je t'aime très très fort... ^^

  Elwinwea
Elwinwea
27-05-08
à 14:15

Re:

Qu'il soit dans ton coeur ou derrière les nuages, il existe, te réchauffe et te regarde, même à ton insu... Ce qu'il ne faut pas croire c'est qu'il n'y a pas de soleil...

Et d'abord c'est toi le soleil :-P